• Balade à Debre Libanos

    Ça y est, je suis enfin sortie d'Addis Abeba ! Ouf il était temps. Je commençais à étouffer dans la pollution addissoise !

    Comment suis-je parvenue à cet exploit phénoménal ? Une nouvelle fois, je sollicite une ovation pour Robel Le Magnifique !

    Dans les quelques photos que je vous ai fait parvenir il y a quelques semaines, j'avais mis une photo de la nouvelle femme de Robel : sa moto Yamaha, bleue roi et noire, presque pas d'égratignures ! Bon qu'allait-il faire d'une moto vu qu'il a aussi son 4x4 ? Ses quelques sorties au sport et au troquet n'allaient pas lui suffire bien évidemment ! Et bien il fait désormais partie d'un club de motards ! Oui, oui, il y a ça à Addis malgré les taxes prohibitives sur l'achat de tout engin équipé d'un moteur... Y'a pas de tondeuses et les brosses à dents électriques ne sont pas taxées !

    Et donc je suis partie en balade en pick-up au logo de la bière Qedus Giorgis... jaune et rouge, on ne peut pas le rater !, avec un cortège de 8 motos comme escorte ! Là on pouvait encore moins nous rater surtout avec une farenji à bord ! C'est pas la classe ça !

    Départ officiel à 8h00... on a quitté la maison vers 8h30, 9h00, 9h30... direction... le club grec d'Addis. Là tous les motards ont fait la jonction.

     

    club grec

    Nous avons commencé par une pause café ou thé. Robel en a profité pour commencer à m'initier... à l'équipement des motards. « Tout ce qu'il vous faut pour avoir l'air d'un vrai motard ». Je me suis alors retrouvée à noter tout ce qu'il fallait que je lui achète lors de mon séjour parisien : les bottes, le pantalon, la protection dorsale, le t-shirt, le chiffon que l'on met en dessous du casque pour tenir chaud (oui, oui, il fait froid des fois en Éthiopie et surtout à pleine vitesse).... À mon retour je pourrai lui chanter « Il portait des culottes et des bottes de moto, un blouson de cuir noir avec un aile sur le dos » ! Vers 10h00, les moteurs ont commencé à ronfler. Tesheger et moi avons repris la direction de la maison car Robel s'est dit qu'en attendant d'avoir son kit du parfait petit motard, il pouvait peut-être utiliser ses protège-tibias de foot. Au passage on a aussi chopé les genouillères de patin à roulettes de sa sœur... Il était cute !

    pause

    on quitte Addis

    on quitte Addis

    Photos faites depuis la voiture... qui roule, ce qui peut expliquer les quelques petits défauts... mais je n'ai aucune prétention en ce qui concerne mes compétences photographiques !

     

    Nous avons retrouvé le petit groupe à quelques kilomètres d'Addis où ils faisaient leur première pause...


    pause

    pause

    pause

    Étonnante cette diversité des moyens de transport !

    pause


    Je manque bien évidemment d'une plume d'écrivain pour vous décrire les paysages traversés mais après deux mois et demi à Addis, c'était juste... splendide !

    sur la route

    sur la route

    sur la route

    sur la route

    sur la route

    sur la route


    Ce ne sont que quelques échantillons... il va falloir que je fasse un album picasa !

    A Debre Libanos, il y a un magnifique monastère... paraît-il parce que je ne l'ai toujours pas vu. Par contre maintenant, je connais bien l'hôtel restaurant éthio-allemand ! Nous avons déjeuné devant une vue magnifique sur un des affluents du Nil bleu (Abbay)...

     

    Debre Libanos

     

    sur la route


    Repas excellent dont un tibs absolument divin (pour un repas de jeûne, période pendant laquelle on est sensé ne pas manger de viande... un tibs et qui plus est divin...)! La viande avait dû mariner dans quelques épices et c'était succulent (qu'est-ce que je mange comme viande dans ce pays ! Heureusement que le jeûne de Gana/Noël a commencé !). Le seul truc pas pratique, c'était les aigles... Ils sont venus piquer ma viande dans mon assiette, comme ça, cash les mecs ! Il faut dire qu'ils avaient été un peu titillés avant par un des motards qui voulait montrer à son fiston, l'habileté des aigles à choper un morceau de viande lancé dans leur direction... Sont tellement habiles qu'ils ont plongé dans mon dos, direction mon assiette !... Mais pourquoi la mienne ? Cela dit, à part un gros courant d'air (mon brushing s'en est retrouvé tout ébouriffé !) je n'ai même pas pris un coup d'aile !

    sur la route

    Dans le haut de la photo, mèche de mon brushing tout ébouriffé !

    À la fin du repas, je suis allée faire un petit tour dans les environs. Il paraît qu'il y a un pont splendide construit par les portugais au 16ème siècle quand ils sont venus aider les éthiopiens chrétiens contre le Jihad mené par Ahmed Gragn le Gaucher (fallait bien que je fasse mon intello pendant quelques mots !). Mais bon, le pont je ne l'ai vu que de loin car j'étais partie sans mon sac et il y avait des droits d'entrée à acquitter pour pouvoir s'en approcher... En même temps la pente était un peu raide et je crois que j'aurai eu un peu le vertige... à n'en pas pouvoir descendre ! Donc photos pas très précises mais on peut quand même imaginer l'ouvrage ! Ce qui était tentant, c'était l'eau qui par endroit chauffait tranquillement au soleil dans de petites cuvettes naturelles. J'aurai bien fait trempette !

     

    le pont des Portugais

     

     

    Retour vers Addis, la troupe s'égaille comme une volée de moineaux... mais avec un chant un peu moins mélodieux à mon goût ! Nous leur emboîtons le pas avec Tesheger le chauffeur (c'est bien, pour la rime). Mais nous n'avons pas roulé 10 minutes qu'un des motards s'arrête et ceux qui le suivaient aussi... Ennui mécanique mais ils semblent réparer alors nous repartons avec Tesheger (le pick-up, c'est au cas où une moto ne pourrait pas repartir). Quelques kilomètres plus loin nous rejoignons le reste du groupe qui se demande bien ce qu'il se passe et nous attendons tous ensemble sur le bord de la route que nos retardataires nous rejoignent. Cet arrêt a fait la joie des enfants et des adultes qui sont venus se renseigner rapidement sur ces mules de l'enfer ! Les derniers motards sont enfin arrivés mais la pause devra durer près d'une heure car un pneu crevé nécessite réparation. Et les voilà à démonter la roue, le pneu, changer la chambre à air, remettre la chambre à air, gonfler à la pompe, remettre la roue.... Je me serai crue il y a quelques mois, dans le sous-sol du service social d'Aubervilliers lorsque j'ai pris, en compagnie de la miss Malika, un cours de pneu de vélo crevé savamment enseigné par la miss Gwen ! Et bien pour une moto, c'est la même chose. Le seul embarras, c'est que cela pèse un peu plus lourd et que l'on ne peut pas la retourner et la poser sur sa selle comme un vélo ! Il faut être plusieurs pour soulever le mastodonte. Ça tombait bien, ils étaient plusieurs ! Moi, je ne pouvais pas : je faisais les photos !

     

    moto en rade

     

    moto en rade

    moto en rade

    moto en rade


     

     

    Retour à Addis, avec Tesheger, nous avons perdu notre escorte un peu avant d'entrer dans la ville. Saoulée par le grand air, je me suis rentrée rapidos... le lendemain matin il fallait que je me lève tôt, 6h00... (du matin !) pour aller donner deux cours !

     




    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 8 Décembre 2009 à 18:36
    Mathieu-de-Malika
    Joli récit d'une escapade sympathique. C'est vraiment bien différent de l'image plus terne qu'on se fait habituellement de l'Ethiopie.
    Malika me narre encore cette soirées "Les Experts : Aubervilliers", penchés sur le presque cadavre d'un vélo en cours d'opération de la roue et de la dernière chance. En tout cas, de la chance tu en as de pouvoir vivre cette aventure, bien accompagnée et très riche.
    A bientôt, d'ici que je revienne me délecter des photos en compagnie de madame.
    2
    michdefoug
    Mardi 8 Décembre 2009 à 20:20
    c'est quand même fou cette balade
    je crois que ça donne une idée de la valeur "temps" en Afrique ; les paysages sont somptueux et je crois que je serais bien descendue voir ce pont de plus près
    tu vis de grands moments, de belles rencontres, profites-en, tu nous les fais vivre de bien belle façon
    et vivement que nous voyons cela nous aussi
    bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :