• Enfin des nouvelles (octobre 2010)

    Six mois sans une nouvelle ligne sur le blog, certaines personnes se sont demandées si j’étais encore en vie !

     

    Il se trouve juste que j’ai commencé à travailler à l’Alliance et du coup, ben… ça prend du temps ! Et puis… il y a eu et puis et on passe !

    Ah si quand même, il y a eu le stage BELC à Nantes où j’ai appris plein de choses pour être une presque super prof de français, où j’ai aussi découvert la « con attitude » du corps enseignant. Evidemment, pris individuellement la plupart sont très sympas mais il y a quand même un truc. Au lieu de « je pense donc je suis », c’est « je suis prof donc je sais ». Très imbue de son savoir cette communauté… Enfin ces 2 petites semaines aux frais de la princesse m’ont permis de passer une journée et une soirée parisienne avec Malika, de voir l’amie Servann un bon coup’ de fois, de passer une fin de semaine à papouiller mes neveux, de pique-niquer dans le camion (oups ! le camping-car je veux dire ;-) avec mes parents, de passer une soirée mi-boulot mi-détente avec Christine. Bref, je suis rentrée crevée !

    Une fois le trimestre de l’Alliance terminé fin septembre, j’ai sauté dans un avion à nouveau (dans ma prochaine vie, je serai hôtesse de l’air), direction Paris/Aubervilliers : déménagement… que dis-je : vidage d’appartement. Ça y est, exit Aubervilliers ! En arrivant, j’avoue avoir eu un gros coup au moral devant l’ampleur de la tâche. Mais au final, grâce à quelques (gros, voire très gros) coups de main (merci les parents et Evelyne !), j’y suis parvenue en 10 jours, les dernières affaires étant parties enrichir les stocks du CCAS d’Aubervilliers.

    vidage d'appartement

    vidage d'appartement

     

     

    Cela a été l’occasion de constater ce qu’amitié veut dire pour certains et pour d’autres. Un grand merci à Rim Jha qui m’a « délicatement » demandé de libérer la place alors qu’elle m’avait encore confirmé le matin qu’elle pouvait m’héberger pour la nuit et un vrai et sans aucune ironie cette fois-ci à Raynald et Alain qui m’ont du coup hébergée, au pied levé et à Malika et Mathieu, qui tout de même, ne m’auraient pas laisser faire le 115 !

    La fin de cette quinzaine a été aussi sur le chapeaux de roue mais sympas comme chapeaux de roue. Départ le lundi après-midi pour la Ménitré : câlins, papouilles, visite de l’école, de la crèche, tournées à vélo avec mon petit bonhomme de 4 ans, fier comme un gardon sur son vélo rose, pédalant à « toute berzing’ » tandis que mon petit bisoudrome se retournait sans cesse pour voir si on suivait !

    vidage d'appartement            week-end papouilles

    Départ le mercredi matin pour Rennes-Guipry où j’ai retrouvé Christine pour bosser sur le projet : intense et détendu toute à la fois. Retour sur Paris, où j’ai retrouvé Sabine qui arrivait tout fraichement de Montréal après plus d’un an d’absence dans la civilisation parisienne et qui le don de mettre en avant le meilleur de vous-même...

    Ça fait du bien de voir ses amis et ses proches… En plus que des gens bien !

    Vendredi 1er octobre, départ pour l’Ethiopie. J’avais confié à Odile mes bagages. Nous avions convenu que nous nous retrouverions à Roissy-Charles de Gaulle à 20h00 afin que je puisse les récupérer et faire mon embarquement avant 21h00. Bon, j’avais mal calculé mon temps de trajet depuis la gare du nord jusqu’à CDG. Je suis arrivée à 20h10. Jusqu’ici, ce n’est pas trop grave 10 minutes de retard. Odile était là et tournait en voiture entre les différents terminaux afin de n’utiliser la dépose-minute qu’au dernier moment ! Nous faisons la jonction. J’ouvre la voiture pour prendre mes bagages et là, je constate avec effarement que le fameux sac contenant ma couette d’hiver sensé être vide de tout air et plat comme une limande, n’est plus du tout vide de son air et par conséquent plus du tout plat… Embêtant ça car je comptais mettre une de mes deux valises dans cet immense sac en plus de la couette… Tant bien que mal, nous casons la valise chargée des dernières affaires dans le sac. On ferme… et zut la fermeture a lâché ! On essaye la deuxième, ça marche, ça tient mais jusqu’à quand ? J’essaye de ficeler de scotch tout ça mais évidemment le rouleau de scotch n’est pas suffisant. Tant pis, on entre pour l’embarquement. Là, Odile voit un mec qui emmaillote les bagages avec une sorte de cellophane. Elle y file pendant que je prends la file pour l’enregistrement. Comme il est plus de 20h30 et que l’embarquement ferme à 21h00, les agents me font rapidement passer. Bagage à main : OK si j’enlève l’ordi ; première valise : 19,7 kg, tout va bien mais là un doute sur le poids de l’autre valise me transperce : je suis sûre qu’elle fait plus de 23 kg. Odile arrive, on pèse… et oui elle fait près de 27 kg ! Il faut ou payer un supplément ou démailloter le sac, transvaser quelques affaires de la valise qui est dans le sac, dans la valise qui ne fait que 19,7 kg. Je dis à Odile : si on démaillote le sac, je ne suis pas sûre que la fermeture éclair va daigner fermer une seconde fois… Tant pis je paye ! Odile : Attends, tu ne vas pas payer, tu ne dépasses pas le nombre de kilos (ou presque), c’est juste une mauvaise répartition ! Et voilà ma chère Odile en train de tracter avec le personnel d’Ethiopian Airlines. Odile a sorti son plus bel amharique et, comme le monsieur était éthiopien, ben ça a marché ! Mille mercis Odile ! Toujours avoir son Odile, le self control incarné, à l’aéroport surtout si comme moi, vous ne gérez pas bien le stress du départ !

    J’ai donc pu embarquer sans difficulté, passer un vol presque tranquille (zut je n’ai pas mis de cadenas à la valise… non pas celle dans le sac mais celle de 19,7 kg). J’ai récupéré sans aucun problème mes bagages (et je suis bien contente d’avoir ma couette au final car même si le soleil est revenu et si la pluie semble désormais loin, les nuits restent fraiches…) et Zéna, le chauffeur de Robel m’attendait à l’aéroport. Direction la maison avec un accueil très chaleureux et très exubérant de Sénafitch !

    Et oui, pour ceux qui n’ont pas encore eu l’info : j’ai enfin un chez moi, ici à Addis. Une jolie petite maison de torchis avec un petit carré de jardin, deux chambres, une cuisine, un grand salon-salle à manger et une salle de bain avec eau chaude : le luxe. Et c’est d’autant plus luxe, que le package comprenait un chien, Sénafitch, et une mammite, Sisay.

    Sénafitch

    Voilà, je vis donc à la mode éthiopienne : j’ai du petit personnel ! Heureusement car sinon je devrais dealer avec deux problèmes : le manque de temps pour pouvoir faire le ménage et comment on lave des jeans à la main, hein ?

    Fini donc, le squat chez l’ami Robel. Il aura eu à me supporter pendant un an tout de même ! Il était temps car avec Belaynesh, cela commençait à être tendu !

     

    Sénafitch

    J’ai trouvé cette maison grâce à Stéphanie, une française qui travaillait à l’université d’Addis Abeba jusqu’en septembre et qui est retournée fin octobre dans son joli petit coin de France (enfin je suppose car je n’y ai jamais mis les pieds), l’île de la Réunion afin d’écrire sa thèse. Bon courage à toi, Stéphanie ! Nous avons donc partagé la maison jusqu’à la mi-octobre, ce qui était ma foi fort sympathique. Cela nous a permis de faire connaissance, de nous raconter nos histoires de mec (tendance générale : catastrophique), de trinquer avec un petit verre de rhum arrangé en importation directe depuis la Réunion, et ma foi, ce n’est pas désagréable d’arriver le soir et d’être accueillie avec un petit verre de rhum !

    Le 9 octobre au petit matin, Servann et Malika sont arrivées pour un gros mois de vacances éthiopiennes. Ce sont donc mes premières invitées. Cohabitation avec Stéphanie, nous avons décidé de fonder une société matriarcale : que des filles même le chien ! Leur première fin de semaine à Addis a été consacrée à la mise en pratique de la glandouille à la piscine du Hilton : le luxe a du bon ! Mais bon on y est allées en minibus, sauvons l’honneur ! Je leur ai fait faire aussi un stage intensif de minibus pendant ce premier week-end. Désormais, elles sont opérationnelles pour tous les déplacements intra-muros. Elles sont maintenant en stage « déplacement dans le grand nord ». La mise dans le bain aura été en douceur puisque Robel-le-magnifique nous a arrangé le coup jusqu’à Lalibela. BGI le meilleur tour operator du pays ! Et ça nous coûtera un plat de lasagnes… Maintenant que j’ai un four, les tarifs augmentent, avant c’était une salade de fruits !!!!

    La nuit, j’ai de nouveaux compagnons pour mes rêves : les hyènes ! Je crois que désormais je suis experte dans le cri de la hyène qui a priori ne ricane nullement mais ça c’est parce que je m’endors trop profondément avant le ricanement car Malika confirme qu’elles ricanent.

    Voilà, il ne me reste plus qu’à installer les rideaux et les tableaux que Béa m’a filé, trouver des meubles pour pouvoir réellement ranger, et ce sera nickel !


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    cathetguy
    Dimanche 31 Octobre 2010 à 21:01

    bonne installation à toi, ma belle . C'est vrai qu'on est mieux chez soi... surtout avec personnel; le luxe!  Cath

    2
    TATY
    Mardi 2 Novembre 2010 à 22:51

    super les nouvelles, je suis très contente pour toi, tu as une maison et un chien très sympas. Je te fais de gros bisous et je suis accro à ton blog. Ta taty


     


     

    3
    Evelyne__
    Vendredi 5 Novembre 2010 à 22:37

    Eh ben quand même, on finissait par désespérer de relire tes super chroniques. Je vois que tes démélés avec tes bagages sont toujours aussi épiques : elle est capricieuse cette couette, on avait pourtant bien rusé pour faire le vide d'air, mais un vrai bide notre affaire. Voilà enfin ton gite éthiopien bien en vue, va donner envie à plein de monde de traverser les airs pour aller un moment y poser ses valises je crois. Betty a trouvé ton compagnon à 4 pattes magnifique, la famille canine s'agrandit. Bon, évite quand même d'ouvrir trop grand ta porte aux hyènes du quartier.

    Je te fais plein de gros becs en attendant la suite...

    4
    Fabeba Profil de Fabeba
    Dimanche 7 Novembre 2010 à 18:04

    Y a une chambre d'amis... ou de famille ! En plus, j'aurai bien besoin d'un coup de main pour tenter d'éduquer Sénafitch ! Vous venez quand vous voulez !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :